17 août 2021

Brittany Kennell devient la première artiste country féminine québécoise à fouler les planches du Grand Ole Opry à Nashville

Invitée à chanter avec l’artiste américain Ryan Kinder au Grand Ole Opry à Nashville le samedi 14 août dernier, Brittany Kennell est devenue la première artiste country féminine Québécoise à fouler les planches de la mythique et légendaire scène de Music City. Seule une poignée d’artistes québécois ont eu l’honneur d’y performer jusqu’à maintenant dont Willie Lamothe, Stu Phillips, Jimmy C. Newman (Lâche pas la patate) et plus récemment l’artiste americana Allison Russell.

 

Invitée à chanter avec l’artiste américain Ryan Kinder au Grand Ole Opry à Nashville le samedi 14 août dernier, Brittany Kennell est devenue la première artiste country féminine Québécoise à fouler les planches de la mythique et légendaire scène de Music City. Seule une poignée d’artistes québécois ont eu l’honneur d’y performer jusqu’à maintenant dont Willie Lamothe, Stu Phillips, Jimmy C. Newman (Lâche pas la patate) et plus récemment l’artiste americana Allison Russell.

 

 

 

Brittany n’en était pas à sa première visite à Nashville, endroit qu’elle a appelé la maison pendant plus de 7 ans avant son retour à Montréal en avril 2019. D’abord déménagée à Boston pour compléter ses études au réputé Berklee College of Music en écriture et composition de chansons, Brittany s’est établie à Nashville pour peaufiner son art et acquérir une expérience unique. Ce parcours lui a entre autres permis de devenir en 2016 la première et seule canadienne à avoir participé à The Voice aux États-Unis dans l’équipe de l’artiste country Blake Shelton et de recevoir les conseils de Miley Cyrus à titre de mentor. Ses années à Nashville lui ont aussi permis de partager la scène avec des artistes new country de renom tels que Maren Morris et Carly Pearce et d’écrire avec d’autres étoiles montantes comme Tenille Townes et Hailey Whitters. On a également pu l’apercevoir comme figurante dans la populaire série télévisée Nashville.

 

Rêvant d’abord d’une carrière d’auteure-compositrice et d’écrire pour d’autres artistes, son passage à The Voice lui donne la piqûre pour la scène et le désir de chanter ses propres chansons. Au cours de ses démarches artistiques et de recherche du son dans lequel elle voulait se définir comme artiste, une rupture amoureuse la fait revenir près des siens en 2018, puis faire un retour permanent à Montréal en 2019.

 

« Revenir à Montréal n’était pas prévu, mais m’a inspirée d’une toute nouvelle façon. Être entourée de ma famille m’a permise d’être moi-même et de trouver une nouvelle confiance en moi pour décider qui je voulais être – j’avais besoin de revenir à la fille qui a déménagé à Nashville en premier lieu. Une fois que j’ai trouvé ma direction, tout s’est mis en place. Les chansons sont apparues, j’ai trouvé mon équipe et une nouvelle communauté d’amateurs de country. Après The Voice, je ne savais pas vers qui me tourner, il m’a fallu quelques années pour me sentir enfin prête. Nashville était l’expérience dont j’avais besoin et Montréal m’a donné la force de continuer à poursuivre mes rêves. » Brittany Kennell

 

 

 

I Ain’t A Saint

Brittany lance son premier extrait Eat Drink Remarry, co-écrit avec Emily Reid, en février 2020 et l’interprète en première partie de Matt Lang au Théâtre Corona quelques jours plus tard. Cette première sortie se hisse dans une liste de lecture personnelle de Shania Twain et obtient rapidement plus de 100 000 écoutes sur Spotify. Brittany se classe ensuite dans les 8 semi-finalistes du concours Top of the Country de SiriusXM Canada et remporte la finale québécoise du Jim Beam National Talent Search de la Canadian Music Week. Elle dévoile ensuite les extraits You Don’t Get Me Stoned, Drunk Lips, Spade et Bought the T-Shirt, des compositions qui dessinent le thème d’un album sur l’honnêteté dans les relations amoureuses, mais aussi avec nous-même.

 

Brittany lancera son premier album I Ain’t A Saint le 17 septembre prochain, un opus de 10 titres qui évoquent que personne n’est parfait, mais qu’il faut apprendre de nos erreurs et aller de l’avant. Sur I Aint’ A Saint, Brittany dévoile différents côtés des relations interpersonnelles et ses histoires dans un country moderne propre à elle. Avec vulnérabilité mais beaucoup de positivisme, Brittany suggère de faire le ménage de notre passé pour repartir à neuf avec Clean Break, indique qu’une rupture ne l’a pas brisée avec Neither Did I et avoue être encore ouverte à trouver l’amour, mais pas à n’importe quel prix avec Hold My Breath. L’album, réalisé par John Anthony Gagnon-Robinette, comprend également la pièce Most Wanted, co-écrite avec Stu et Jenna Walker du populaire groupe The Reklaws et Nate Haller ainsi que la pièce-titre I Ain’t A Saint qui nous transporte le temps d’une chanson dans un western des temps modernes.

 

En co-production avec Agence Ranch, qui assure également sa gérance et relations de presse au Québec, Brittany lance son album sous l’étiquette de disque Artifice et en distribution avec Warner Music Canada. Brittany s’entoure également de l’agence BAM (Beaulieu Artistik Management) pour le booking de spectacles et de Red Umbrella P.R pour ses relations de presse au Canada.

 

Lancement le 15 septembre au Ministère

Brittany présentera sur scène pour la toute première fois les pièces de son nouvel album I Ain’t a Saint le 15 septembre prochain lors d’un spectacle-lancement au Ministère à Montréal. Brittany y présentera un court documentaire sur son parcours musical ainsi que les 10 chansons de l’album avec ses musiciens.

 

Retrouvez également Brittany en spectacle le 16 septembre prochain au Festival Western de St-Tite en première partie de Matt Lang dans les Grandes Estrades Coors Original.

 

 

Présauvegardez I Ain’t A Saint ici

 

 

 

Source: Agence Ranch

 

 

 

Partagez l'article